• Et voilà, l'an prochain je fais le grand saut... je me lance dans l'aventure du CAFIPEMF, en essayant de ne pas faire trop de plans sur la comète!

    Même si mon petit côté "boulimique du travail" m'a poussée à également m'inscrire en master "ingénierie de la formation", je pense (je rêve) que j'aurai encore le temps de partager mon travail sur la toile, donc dans un élan complétement fou, ayant décidé de passer le CAFIPEMF option éducation musicale, j'ouvre un deuxième blog, "les fruits du AZ'art", que j'inaugure aujourd'hui à l'occasion de mon premier article:

    musique et EMC, la discrimination raciale

    Vous pourrez notamment y trouver des fiches pratiques et une approche par la ségrégation aux USA.

     

    Alors voilà, pour tous ceux que ça intéresse, qui aiment la musique, ou qui cherchent des idées de projets musique à faire dans leur classe, j'alimenterai ce nouveau blog parallèlement à celui-là!

     

    Je vous y espère nombreux, et j'espère que vous n'hésiterez pas à commenter les propositions que je mettrai en ligne, cela m'aiderait dans la préparation de mon dossier et de mon entretien... : )

     

    Azra

     

     


    14 commentaires
  • Voici la version carte mentale de ma réflexion...

    Je puise dans tout ce qui m'inspire, mais la carte mentale m'aide à organiser le tout en un ensemble cohérent, enfin j'espère...

    Seule la gestion mentale n'apparait pas, bien qu'elle devrait, je vais la rajouter sur mon doc au niveau des synthèses!

    ORGANISATION 2016 réflexion, le retour!

     


    27 commentaires
  • Suite à une animation sur les nouveaux programmes et un débrieffing avec mon super collègue SISCO sur ce que cela nous a inspiré, voici un petit article!

    Il porte surtout sur le français...

    NOUVEAUX PROGRAMMES

    QUELQUES GRANDS AXES ;

    -         A l’écrit, la compréhension est la finalité de toutes les lectures.

    -         La mémorisation a une place centrale.

    -         Les élèves doivent automatiser l’utilisation d’outils.

    -         La différenciation doit trouver toute sa place dans la classe.

    Commentaires et pistes donnés par les formateurs de la circo sur les nouveaux programmes

     

    IDEES d’activités à mettre en place

    Principes de base :

    ·        laisser aux enfants le TEMPS d’apprendre.

    ·        Prévoir des moments et des formes de différenciation.

     

    Prévoir un créneau par semaine où les élèves pourront revoir une notion sur laquelle ils ont échoué dans la semaine. (feu orange dans suivi)

    Ne plus fonctionner en PDT de 3 semaines mais annualiser le tout et organiser des temps de PDT et TTI plus libres avec un suivi annualisé.

    De même, mise en place d’un cahier de réussite où l’élève peut valider des compétences, livret annuel de suivi des réussites où n’apparaissent QUE les compétences validées.

     

    L’enseignant aide les élèves à donner du sens à ce qu’ils font.

    Penser aux questions exposées par Guy Sonnois dans la gestion mentale (voir blog de Farfa)

    Répondre à des questions que les enfants se posent en laissant le vécu entrer dans les apprentissages, par exemple au quoi de neuf (pédagogie Freinet, voir conférence de Sylvain Connac)

    En orthographe, par exemple, demander aux enfants d’inventer eux-mêmes les devinettes qui serviront à créer les mots croisés de révision…

    Le langage oral et écrit est au cœur de tous les apprentissages.

     

    Sur le vocabulaire :

    Pour étoffer le vocabulaire dans tous les domaines :

    Mise en place de boites de corpus de mots sur des fiches A6 par domaine. (pour voir si elles se remplissent) Fabriquer une étagère à mots avec des boites à chaussures qui recueilleront les boites à mots : 1 par domaines (sciences, histoire, géographie, littérature…) et 1 par thématique (synonymes, homonymes, contraires, …)

    En liaison avec le travail par thème (projet un mot, des mots, proposé par Lala et Mélimélune, appuyé sur les travaux de Jacqueline PICOCHE) :

    -      fabrication de jeux de vocabulaire qui permettront de rebrasser plusieurs fois dans l’année le vocabulaire rencontré.

    -      Par rapport au thème, proposer une image (ou au choix) et demander

    ·        De compléter un texte à trous (niveau 1)

    ·        D’écrire une description en s’appuyant sur des questions (niveau 2)

    ·        DEFI : en s’appuyant sur la carte mentale, produire un texte cohérent en utilisant le plus de mots possible de la carte mentale (1pt) ou d’autres (2pts)

     

     

     

    Dans le SOCLE COMMUN (axe 2), il faut aider les élèves dans la méthodologie de travail.

    Leur donner des outils et leur apprendre à les utiliser.

    Fabrication de mémos ou de « fiches à conjuguer » et automatiser leur utilisation, par exemple en production d’écrits ou en ateliers d’orthographe sur texte libre.

    En production d’écrits, fournir des listes (mots outils, lexique d’un thème, connecteurs…)

     

    En défi dictée, amener les élèves à créer et utiliser des MEMORTHO !

    ORAL Partir de situations vraies :

    ·        Expliquer des jeux en EPS

    ·        Présenter une œuvre (film, livre, tableaux, musiques…) et exprimer ses émotions.

    ·        Raconter un moment vécu

    ·        Ritualiser et institutionnaliser le conseil d’enfants

    ·        Rendre compte d’un travail en groupe

     

     

    Débats philo

     

    Quoi de neuf: comme dans la pédagogie Freinet, s’appuyer sur les interventions au quoi de neuf pour faire entrer du savoir en classe.

     

    Conseils

     

    Faire plus de langage

    A partir d’une image :

    1)   La décrire

    2)  L’interpréter et inventer à partir de l’image

     

    Travailler sur la description des lieux et des personnages pour réutiliser aussi à l’écrit

     

    Mettre en place un rituel oral avec des activités variées : quoi de neuf ?, débat philo, conseils, présentation de livre…

     

     

    Lecture

    -      favoriser la lecture autonome et prévoir un temps pour en parler en classe.

    -      Fluence : proposer des enregistrements, changer les modalités (seul, à plusieurs, répétitions…)

    -      Rendre les stratégies de lecture plus explicites en proposant par exemple des ateliers de lecture, basés sur des échanges, des justifications, en mettant en conscience des buts de lecture

    ·        Mise en place d’une carte mentale simple permettant une présentation de livre (titre, auteur,  registre, genre, extrait choisi, avis)

    ·        Enregistrements en APC ; ateliers de lecture/groupe de lecture haute voix…

    ·        Proposer des petites fiches documentaires par thème (selon les projets menés en classe) et demander à des élèves d’en préparer la lecture pour les autres, selon l’idée de MultiK.

    ·        En sciences, histoire, et géographie, proposer une liste de sujets permettant aux élèves de préparer un exposé et laisser du temps en classe pour sa préparation. Former des groupes de recherche.

    Travailler l’écriture soignée

    Défi copie (bout de gomme)

    En production d’écrit :

    -      Donner de l’importance à la relecture avec la création et l’utilisation d’outils (ex : codes de type d’erreur…)

    -      Travail sur la sémantique (en gardant le sens du texte)

    -      Travail technique (enrichissement, lexique…)

     

    Cloisonner cette situation complexe qu’est l’écriture pour pouvoir guider et amener les élèves à en maitriser les étapes…

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ateliers d’amélioration des textes libres :

    ·        Vérifier la correction syntaxique et la ponctuation en classe entière.

    ·        Corriger le texte en ateliers d’orthographe : 1 groupe homophones, 1 groupe ortho lexicale, 1 groupe conjugaison, 1 groupe des accords dans le GN, genre et nombre)

    ·        Enrichir en classe entière : ajouter des adjectifs, des CC, éviter les répétitions…

    En étude de la langue, proposer des activités courtes et ritualisées

    Les rituels, oh yeah !

    EMC

    -      Comment parler de ses sentiments ?

    L’art permet une entrée symbolique ou indirecte dans un sujet (voir peintres expressionnistes)

    -      S’engager dans des actions

    -      Se questionner sur un dilemme moral. L’enseignant doit amener la classe à écouter tous les arguments acceptables mais aussi ne pas laisser dire n’importe quoi…

     Petits textes de dilemme sur eduscol

    Echanges sur un dilemme moral :

    1)   Premier échange après la lecture pour vérifier la compréhension

    2)  Répondre ensemble au dilemme de départ

    3)  Elargir sur un sujet de débat plus général. L’enseignant doit être guide et modérateur

    4)  Apport de connaissances pour un débat plus argumenté

     

    Ajout d’un rituel ORAL : exprimer ses sentiments à partir d’une oeuvre

     

     

     

     

    ETUDE DE LA LANGUE

    Nouveautés des programmes…

    A disparu des programmes…

    ORTHO

    -      Les rectifications orthographiques.

    -      Certains pluriels (ail/aux – al/aux)

    -      Certains féminins (adjectifs)

     

    -      Les accents

    -      Certains pluriels (s, x, z, al, ou)

    -      Les consonnes finales muettes

    -      Les homonymes

    VOCA

    -      La dérivation (préfixes, suffixes)

    -      La catégorisation (termes génériques, termes particuliers)

    -      Sens propre/sens figuré

    -      Les registres de langue

     

    GRAMM

    -      Comparer les phrases en français et en langue vivante (CE2)

     

    -      Les phrases interrogatives

    -      Les articles, les adverbes

    -      Les fonctions (compléments du verbe, du nom, COD, COI, CC)

    -      Verbes du 2ème groupe

    -      Verbe partir


    17 commentaires
  • ORGANISATION 2016 2017

     

    Voici mes premières pistes pour l'an prochain, bien que rien ne soit encore acté... Poser mes intentions à l'écrit me permet d'en avoir une idée plus claire... 

     

    RITUELS LES mardis, mercredis, jeudis et maths le vendredi

     

    FRANÇAIS

    ·        Je maintiendrai le rituel d’orthographe (décomposer le mot en sons, épeler, écrire sur l’ardoise et activités « autour des mots », en s’appuyant notamment sur le vocabulaire)

    ·        Grammaire : natures grammaticales, trouver les fonctions (évolutif)

    ·        Conjugaison orale + collecte

     

    MATHS

    ·        Numération (travail autour du nombre, activité différente chaque jour)

    ·        Calcul (compte est bon, calcul mental dans fiche, furets…)

    ·        1 horloge/jour (évolutif)

    ·        Problème : choisir la bonne opération, trouver les infos utiles, comprendre si c’est un problème…

    ·        1 opération par jour en fonction de la programmation

     

    DECOUVERTES

    Français : Appuyées sur des collectes (rituels, travail en grammaire type PICOT)

    Maths : appuyées sur mon NICOMATHS, adapté aux nouveaux programmes…

     

    Donc 2 fiches d’application (équivalent pratique autonome de la pédagogie explicite) : PICOT et NICOMATHS qui font l’objet d’une fiche de suivi (1 par semaine ou quinzaine…)

     

    SYNTHESES et traces ecrites 

    A partir des collectes ou du Nicomaths, synthèses explicites.

    Fabrication de traces écrites à manipuler.

    Français et maths (pas encore LAM mais à réfléchir)

    Utilisation de mémos inspirés ou trouvés chez MultiK.

     

    SYSTEMATISATION ET REBRASSAGE -spiralaire-

    PDT plus individualisé, fonctionnement proposé par Dgedie.

     

    Suivi global annuel (à compléter au fur et à mesure). Après 3 feux verts, les élèves sont autorisés à passer la validation mais ont aussi le droit de continuer à s’entrainer s’ils en ressentent le besoin.

     

    EVALUATION

    1 cahier de réussites où les élèves collent leurs tests de validation des acquis.

    1 livret de relevé  pour chaque élève (bulletin évolutif) avec 5 colonnes pour reporter par période. Avec un bilan avant chaque période de vacances.


    17 commentaires
  • Quelques notes sur l'introduction de Stella Baruk sur le thème de problèmes sur CANOPE:

    ici

    Un problème doit constituer un genre de défi. Dans un problème, on a un énoncé qui raconte une histoire, puis une question qui doit être naturelle. Attention: cette question ne doit pas être en relation directe avec l'opération nécessaire pour le résoudre. Il faut éviter les termes qui "déclenchent" une opération comme "ce qui manque", chercher "en tout"... Ces termes "signaux" font des enfants des "automaths" et stérilisent la réflexion des élèves...

    Pour donner du sens à un problème, il faut poser une question claire qui rende nécessaire une ou plusieurs opérations.

    Les opérations doivent être un substitut indispensable au fait de faire quelque chose en réalité.

    Par exemple, si on a 4 billes et qu'on en ajoute 2, l'opération n'est pas indispensable car on peut compter les billes. Il faut envisager de plus grandes quantités pour ressentir le besoin de ne pas tout compter...

     

    il y a 2 sortes de problèmes:

    1) des problèmes du combien

    pour les résoudre, il faut utiliser des opérations pour trouver une quantité.

    2) des problèmes de comparaison

    Ils posent les questions plus, moins, autant, les relations d'ordre

    Il faut encore une fois utiliser la comparaison pour rendre les opérations nécessaires.

    Ces problèmes permettent de travailler sur le EGAL.

     

    Les problèmes mono-opératoires (1 seule opération en jeu) doivent être vus rapidement pour laisser place aux problèmes pluri-opératoires, plus riches pour la recherche.

     

    Les opérations:

    Il existe des opérations directes: + et X. Elles relèvent de la même idée.

    En effet il s'agit de trouver un tout constitué de parties.

    Dans le cas d'une addition, les parties sont différentes alors que dans le cas d'une multiplication, les parties sont semblables.

    Ces deux opérations ont un sens très proche et doivent être étudiées presque simultanément.

    La soustraction et la division sont les opérations indirectes. Elle relèvent de la recherche de parties inconnues.

     

    Il est crucial de bien distinguer opération et calcul:

    En problème, l'opération est le fruit de la réflexion de l'élève pour la résolution du problème, selon le sens donné au problème par l'enfant.

    Le calcul n'est que la réalisation de l'opération. Un calculatrice peut suffire à le réaliser si l'enfant ne sait pas encore le faire de façon experte.

    Analyser et bien séparer les 2 peut aider les élèves à les distinguer. En problèmes, un élève peut proposer une mauvaise opération et faire correctement son calcul. Il faut alors lui "rendre justice" de son calcul juste.

     

    Il est important d'utiliser un langage approprié et un vocabulaire précis, en posant des questions qui aideront les élèves, mais sans trop "saucissonner". Qu'est-ce que je cherche? Quels éléments je possède? Quelle opération va me permettre de résoudre le problème?

    Il faut utiliser les termes mathématiques adéquats:

    une somme, rend compte d'une addition.

    un produit rend compte d'une multiplication.

     

    Voilà, j'espère que je vous aurai donné envie d'en savoir plus!

     

     

     

     

     


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique